Protéger les zones humides urbaines pour un avenir durable: une étape cruciale pour rendre nos villes plus sûres, résilientes et durables

Alors que le monde célèbre la Journée mondiale des zones humides, les parties prenantes dans la gestion des zones humides du Rwanda se réunissent pour apprécier les réalisations du pays jusqu’à ce jour en termes de gestion et utilisation durable des zones humides. ARCOS est heureuse d'être un des contributeurs actifs dans ce domaine et s'engage à continuer de le faire dans ce quête de transformer nos zones humides en un pilier du développement durable du pays.

Aujourd'hui, le 2 Février, alors que le monde célèbre la Journée mondiale des zones humides, un accent a été mis sur les zones humides urbaines afin de souligner la contribution irremplaçable de celles-ci pour rendre nos villes des milieux plus adéquats pour la vie humaine.
Actuellement, nous assistons à un taux d'urbanisation le plus élevé de l'histoire de la population du monde. Dans le même temps, nous avons aussi enregistré une très mauvaise régression des zones humides au cours des dernières décennies où plus de 64% des zones humides du monde ont été perdues depuis lan 1900. Ces deux phénomènes ne sont pas une coïncidence si l'on considère que les zones humides sont souvent regardées comme des terres vacantes disponible pour l'expansion urbaine ou lentreposage des déchets urbains.

Au Rwanda, la population urbaine croît à un rythme très rapide de 4,5% par an et le pays devrait avoir 35% de sa population vivant dans les zones urbaines d'ici 2024. Ce taux d'urbanisation rapide au Rwanda a eu un grand impact sur les zones humides urbaines où la plupart ont été allouées à l'installation de parcs industriels, d'entrepôts et d'ateliers tels que des garages. À Kigali, par exemple, le caractère de toutes les zones humides urbaines a irrévocablement changé et la ville a commencé à récolter les conséquences de cette perte. En effet, la ville a connu plusieurs inondations meurtrières dans ses parties en aval de Nyabugogo au cours des 5 dernières années. Bien que cela soit en partie attribué au changement climatique; la cause principale de ces inondations est la réduction de la capacité des zones humides à absorber les eaux de ruissellement provenant des pentes de plus en plus pavées (imperméables) de Kigali afin qu'elles puissent libérer cette eau lentement au fil du temps.

En dehors de ce service de régulation des inondations, les zones humides urbaines sont également capables de capter les sédiments et de filtrer les matières toxiques provenant de la production/consommation domestique et industrielle de sorte que les rivières et les cours d'eau en aval sont moins pollués. Cette fonction a également été sévèrement réduite pour les zones humides urbaines et périurbaines de Kigali, ce qui fait de la confluence de Nyabugogo (la principale rivière drainant la ville) et de Nyabarongo la plus importante pollution ponctuelle de l'ensemble du bassin de l'Akagera.

Le gouvernement rwandais a pris un certain nombre de mesures pour régler ce problème, y compris l'adoption de lois et règlements qui permettent une meilleure gestion et utilisation des zones humides du pays. La loi foncière, par exemple, prévoit une utilisation bien prescrite des terres humides dans le pays et une zone tampon de 50 m sur les principales zones humides du pays. Des efforts ont également été déployés pour l'application de ces lois, même si certaines lacunes sont encore observées dans la mise en œuvre.
La célébration aujourd'hui de la Journée mondiale des zones humides sous le thème «Les zones humides urbaines - rendre les villes viables» est une bonne occasion de sensibiliser les planificateurs ainsi que le public à propos de l'importance des zones humides en tant qu'infrastructures vertes essentielles pour nos villes.

l'agence rwandaise chargé de la gestion de l'environnement (REMA), l'agence qui a dans son mandat la gestion des zones humides au Rwanda, a profité de l'occasion de la journée mondiale des zones humides de cette année pour organiser une conférence-débat sur "Les zones humides pour un avenir urbain durable au Rwanda". L’évènement a assemblé les autorités gouvernementales, le secteur privé, la société civile, la communauté locale et internationale, les institutions acadé